XXIX CONGRÈS DE L’ASSOCIATION POUR L’ENSEIGNEMENT DE LA PÉDIATRIE EN EUROPE (A.E.P.E.)
9 – 11 Septembre, 1999
VALENCIA. ESPAÑA

Évaluation universitaire de la Pédiatrie (1995-1999) dans la Faculté de Médecine de Valence
J. Donat Colomer, J. Brines Solanes. Unité de Pédiatrie. Département de Pédiatrie, Obstetrice et Gynécologie. Université de Valencia.

Objectif : Analiser les méthodes appliquées et les résultats obtenus pendant les différentes évaluations réalisées sur la matière de Pédiatrie entre les années universitaires 1995-96 et 1998-99, dans les études de Médecine.
Matérial : La méthode de contrôle est objective, et consiste à un formulaire composé de 75 questions à choix multiple (QCM) et 3 cas cliniques. La note maxime est de 100 points : 75 questions avec cinq réponses possibles mais seulement une correcte, plus 3 cas avec une note maxime de 25 points. Antérieurement, les étudiants doivent avoir resous 5 questions, avec un maximum de deux erreurs, sur des aspects fondamentaux de la pédiatrie, questions qui ont été publiées au début de l’année universitarie avec les réponses correspondantes et les références bibliographiques d’appui.
La correction des QCMs est réalisée immédiatemente par moyens d’un lecteur de marques optiques (Scanmark 2000, Scantron). Les résultats du contrôle sont publiés dans les 24 heures suivantes, et il y a après une période pour réviser les examens, d’accord avec les règles générales de l’Université de Valencia. Le résultat final de la matière est déterminé par la moyenne des contrôles effectués pendant l’année (trois contrôles), auquel on doit ajouter le résultat du contrôle de la période de pratiques cliniques obligatoires. Dans cette analyse on n’a pas pris en considération les possibles répetitions de ces contrôles.
Résultats : Le pourcentage des étudiants qui réussissent aux contrôles (” apte “) montre une tendance à augmenter tout au long des quatre années, mais il est plus évident dans le ” troisième contrôle “. La distribution des notes adopte une forme nettement Gaussienne, avec prédominance du groupe moyen. La réponse globale peut être considerée comme acceptable, et il est évident que les notes les plus basses sont toujours au-dessus du limit pour réussir.
Conclusions :
1) Les résultats des contrôles montrent une grande variation selon le groupement des examens determiné par la Faculté de Médecine : le plus dispersés, les meilleurs résultats.
2) Les résultats positifs sont en corrélation inverse avec le nombre d’étudiants qui passent chaque examen : le plus grand le nombre d’étudiants, le plus petit le pourcentage d’aptes.
3) La courbe bimodale des résultats qu’on a regardé dans les années 80, quand la sélection de Médecine était suspendue, a disparu, ce qui nous permet de considerer que la population des étudiant est homogène.
4) Les systèmes optiques de lecture de marques facilitent l’évaluation, en permettant la reconnaissance du niveau de difficulté de chaque question, et la création d’une base de données qui facilite l’évaluation effective de la connaissance acquise.
5) L’opinion des étudiants sur le système de contrôle est très positive, avec une moyenne de 4 sur 5 dans l’enquête éducative annuelle.