JOINT MEETING – CONGRÈS COMMUN
ASSOCIATION FOR PAEDIATRIC EDUCATION IN EUROPE
ASSOCIATION POUR L’ENSEIGNEMENT DE LA PÉDIATRIE EN EUROPE (A.P.E.E. – A.E.P.E.)
EUROPEAN SOCIETY FOR SOCIAL PEDIATRICS (E.S.S.O.P.)

Bordeaux – France

La formation continue contextuelle en réseau : à propos du projet du réseau Saturne sur le saturnisme infantile en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Jean-Louis BERNARD, Pierre REYES, Didier DESSEGNO, Bernard GIUSIANO.

1.Groupe de Recherche sur l’Apprentissage de la Médecine (GRAM); Faculté de Médecine, Marseille & Faculté des Sciences de l’Education, Aix-en-Provence et 2. Département de l’Information Médicale, Hôpital d’enfants, Marseille, FRANCE.

Le saturnisme chronique de l’enfant connaît depuis quelques années un regain d’intérêt en France avec la découverte de nombreux cas liés à une intoxication domestique, essentiellement par les peintures murales et parfois d’origine hydrique.

La question posée par le nécessaire dépistage des enfants intoxiqués soulève des problèmes très complexes en raison 1.du très grand nombre de logements connus pour être à risque, rendant impossible toute approche de dépistage à partir de l’identification des logements 2. du caractère très frustre de la symptomatologie d’appel 3. de la faible prévalence attendue de la pathologie rendant incertaine l’efficacité d’une formation généralisée du corps médical 4. du caractère invasif, techniquement délicat et coûteux du seul élément formel de diagnostic positif, le dosage de la plombémie.

Les autorités publiques françaises ont mis en place un système de recensement passif des cas pour disposer de données épidémiologiques, laissant aux acteurs de terrain et notamment à l’ensemble du corps médical la responsabilité de détecter les cas. Par ailleurs, l’état met en place un réseau de communication sécurisé entre les 400 000 professionnels de santé français (Réseau Santé Social), ce qui permet d’imaginer une formation contextuelle pertinente sur le plan individuel, pour le médecin et le malade, et sur le plan de la santé publique.

Le projet comporte : 1.une sensibilisation généralisée de l’ensemble des professionnels susceptibles de donner des soins aux jeunes enfants aux signes d’appel, sur le mode :”Pensez-y devant…” 2.en cas de suspicion, la mise à disposition du professionnel, chez lui, via le Réseau Santé Social, d’une aide en ligne à l’affinement des facteurs de risque, lui permettant d’apprécier de façon pertinente l’opportunité d’un dosage biologique, et l’accès à des documents pédagogiques 3. en cas de positivité, l’accès aux connaissances et aux ressources spécialisées à mettre en oeuvre devant un cas avéré : prise en charge de l’enfant, dépistage de proximité, enquête environnementale, filière de réhabilitation de l’habitat. 4. l’ouverture d’un dossier médical unique en ligne permettant aux différents intervenants de coopérer efficacement pour le suivi.

L’intérêt attendu se situe au niveau de l’efficacité même du dépistage, rendu performant pour chaque acteur de santé, techniquement faisable et fiable par la régulation des filières de dosage, et financièrement accessible par la pertinence des indications de dosage biologique.