CONGRÈS COMMUN
ASSOCIATION FOR PAEDIATRIC EDUCATION IN EUROPE
ASSOCIATION POUR L’ENSEIGNEMENT DE LA PÉDIATRIE EN EUROPE (A.P.E.E. – A.E.P.E.)
EUROPEAN SOCIETY FOR SOCIAL PEDIATRICS (E.S.S.O.P.)

Bordeaux – France

Synthèse du groupe de travail  n°3

” On vous demande d’enseigner aux étudiants en médecine l’action des services sociaux et de santé impliqués dans la prévention de la maltraitance sexuelle chez l’enfant, comment feriez-vous ? “

Composition
Chairman : M. MANCIAUX Nancy

Rapporteur : P. REYES Marseille

Participants :
S. ABECASSIS Bordeaux
M.A LACOMBE Bordeaux
F. OUSTALOUP Bordeaux
J.L BERNARD Marseille
B. SANDLER Bordeaux

1. Le groupe a d’abord procédé à une analyse de l’état actuel de l’enseignement de la maltraitance en France.
2. Trois niveaux :
Chez les médecins généralistes :
le groupe constate que le concours de l’internat empêche toute évolution favorable vers un enseignement prenant en compte les modèles psychologiques et sociologiques en lien avec la complexité de la maltraitance. Il note l’introduction récente des sciences humaines en première année des études de médecine qui semble être un facteur privilégiant une posture adaptée et pertinente par rapport à la résolution de ce problème.
Chez les pédiatres :
il note une ouverture du DES vers la pédiatrie sociale jugée encore timide et insuffisante. Il constate le peu d’intérêt des internes en pédiatrie pour les stages dans les services sociaux.
En santé publique :
l’approche du problème de l’enseignement de la maltraitance y est plus pertinente en ce sens que la multidisciplinarité nécessaire pour appréhender toutes les dimensions du problème y est mieux pris en compte.
3. Le groupe a souligné dans un second temps l’importance et la pertinence de certains outils et démarches pédagogiques  :

Outils :
– les études de cas cliniques en petits groupes
– le récit littéraire comme support de discussion et d’apprentissage(par exemple, ” poil de carotte ” )
– le développement d’une formation à l’éthique médicale

Démarches :
– Favoriser les stages dans les services sociaux (PMI)
– Permettre la participation et la prise de responsabilité dans les réunions sociales des services hospitaliers (comme c’est le cas à BORDEAUX)

En conclusion, le groupe a plutôt un vécu pessimiste de la formation à la maltraitance et souhaite vivement un changement de l’institution médicale dans son ensemble vis-à-vis de ce problème complexe.