XXIX CONGRÈS DE L’ASSOCIATION POUR L’ENSEIGNEMENT DE LA PÉDIATRIE EN EUROPE (A.E.P.E.)
9 – 11 Septembre, 1999
VALENCIA. ESPAÑA

SOINS DE L’ENFANT ET ENSEIGNEMENT DE LA PÉDIATRIE EN EUROPE. LA SITUATION EN ALLEMAGNE
Peter F. Hoyer. Allemagne.

Allemagne a une population d’environ 81.000.000 d’habitants, dont 83% urbanisés. Le taux de natalité évalué est de 11,04 pour 1000, avec une mortalité infantile de 6,5 pour 1000 nés vivants. On dénombre 319 médecins pour 100.000 habitants, et le nombre de pédiatres dans la pratique clinique et privée atteint environ 10.000, dont 58% sont indépendents dans la pratique privée, et 30% travaillent dans les vers 200 hôpitaux ou départements de pédiatrie.
Après l’examen final et 18 mois de formation pratique comme des “Médecins en Pratique” partiellement gradués, les docteurs peuvent commencer la formation de troisième cycle en Pédiatrie, avec une durée de cinc ans. Les demandes doivent dépendre des places disponibles. La formation en pédiatrie est réglée par les Régulations Modèle de la Formation Médicale de Troisième Cycle, qui, cependant, n’engagent pas les associations médicales publiques. En accord avec les catalogues des curricula, 3,5 ans de formation doivent avoir lieu dans des salles hospitalières avec exposition aux maladies et procédures habituelles. Le droit de porter le titre de spécialiste dépend de réussir à un examen d’internat.
Les titres de sub-spécialité exigent du temps additionnel de formation (2 ans). Pour ce qui est cela, la cardiologie et néo-natalogie en pédiatrie sont reconnues comme sub-spécialités, tandis que les soins intensifs sont considerés comme formation facultative. Autres sub-spécialités de soins tertiaires (oncologie, gastro-entérologie, néphrologie, etc) ne sont pas, pour le moment, reconnues officiellement.
La Formation Médicale Continue est une question de débat. Néanmoins, il n’y a pas de régulations des autorités sanitaires jusqu’ici. Comme équivalent à la structure de l’emploi et de la formation, les soins primaires sont délivrés, en grande partie, par les pédiatres dans la pratique privée, et les soins secondaires dans les hôpitaux. Les soins tertiaires sont assurés par les cliniques universitaires et les hôpitaux de pédiatrie avec départements de sub-spécialités. Cependant, il y a un chevauchement avec les spécialistes en orgues adultes.
L’assurance maladie est couverte par des fonds de maladie à but non lucratif, publics dans un 90%, privés dans un 10%. Un budget restreint et limité mène à des contraintes énormes sur le system sanitaire.